Le Namib abime dans les abysses surrealistes...
  

Le Namib abime dans les abysses surrealistes...

Windhoek, Namibie le 29/03/2014

 

Tout d abord, nous avons le regret de vous annoncer la mise en coma profond de nos photos, car nous avons chope un virus en Inde (toujours l Inde!) qui a fini par avoir raison de nos donnees informatiques des trois derniers mois. Donc pas de photos pour le Malawi et la Zambie. Faites marcher votre imagination et ne nous parlez plus de ca!

Changeons de sujet et de pays. Nous avons passe les trois dernieres semaines en Namibie, dont deux en compagnie de la soeur de Caro et de son copain: Chon et Didou (didou didou didou dida...)! Apres des retrouvailles emues, nous nous preparons pour deux semaines de 4x4 offertes par deux genereux bienfaiteurs, sponsors officiels de notre voyage. Merci "le Chalbrot"!! Nous partons donc en autonomie, avec tente sur le toit, et tout le materiel pour affronter le desert.

La Namibie est en effet un pays desertique a bien des egards: plus de 1.5 fois la France, avec seulement 2 millions d habitants. La population se repartie essentiellement dans de petites villes, toutes eloignees de plusieurs dizaines voire centaines de km les unes des autres. Entre elles s etendent de magnifiques paysages, parfois peles, parfois verdoyants; rocailleux ou sablonneux; avec des teintes qui changent perpetuellement suivant l heure de la journee, la meteo, ou la nature des roches. Nous passons du sable rouge flamboyant aux blancheurs des herbes argentees qui couvrent les plaines; le tout sous un ciel immense, au bleu profond parseme de nuages moutonneux. Bref, nous traversons chaque jour les tableaux de Dali et de Magritte!

Et pourtant, "ceci n est pas l Afrique"! Malgre la toile de fond, les differentes influences coloniales ont cree une culture surrealiste. La Namibie a subi la colonisation allemande jusque dans les annees 20, puis la domination anglaise et enfin l apartheid sud-africain jusque dans les annees 90. Resultat: des gros Blancs mangent des wurst dans de multiples fast-foods, servis par des Noirs. Ou encore, les grosses maisons bavaroises de la "5e avenue", entourant "central park", sont entretenues par des Noirs en bleu de travail.

En dehors de ces considerations quelque peu caricaturales, nous avons passe 3 semaines plutot reposantes (peu de negoce, des chambres propres et des routes correctes). Malgre ces atouts, nous avons quand meme reussi a nous mettre dans le petrin: la poisse de Matt avec les voitures nous a encore rattrapee. L embrayage de notre 4x4 a lache en plein desert et nous avons passe 48h au milieu de nulle part, a attendre un depannage. Heureusement, nous n avons pas ete contraints a tuer un zebre ou a recueillir les quelques gouttes de rosee sur les rares herbes du desert. Le frigo de notre 4x4 etait rempli de viande, de biere et de gouda (goudi goudi goudi gouda) et les 25 litres d eau achetes a la derniere ville nous ont permis de ne pas trop angoisser. Pourtant, il y avait de quoi: pas de reseau, un orage monstre sur les montagnes alentours, un scorpion qui vient nous rendre visite et pas une voiture pendant 18 heures!

Finalement, tout est bien qui finit bien. Le depannage s est fait par deux Blancs alcooliques, qui donnaient de la biere a leur petit-fils de 3 ans (pour bien s hydrater!); le tout avec une voiture qui tombait en panne toutes les 5 minutes et dont le moteur devait etre refroidi a l eau boueuse, recuperee dans les maigres flaques de l orage de la veille. Resultat : 7h30 de trajet pour 80 km! Pour finir avec la malediction, nous n avons pas trouve de voiture a louer la derniere semaine et avons du nous deplacer en "transport en commun", ce qui n existe pas en Namibie. Galere donc!

Mais pour conclure, malgre ces mesaventures techniques, la poesie reste le maitre mot en Namibie. Sans parler des paysages, les oiseaux multicolores sont incroyables et la faune africaine toujours aussi etonnante et fascinante : girafes, zebres, elephants, rhinos, guepards, springboks, impalas et bien sur...le grand kudu (kudu kudi kudi kuda)!

 

Commentaires

 Un ami bien...
Je vois que votre aventure n'abime pas le Namib ! ...ni les images que vous en garderez



Autres récits de voyage

Autres Recits en Namibie